Pages

samedi 17 mars 2012

Montréal, mythes et réalités (suite) / Montréal, Myths And Facts (continued)

Montréal, mythes et réalités (suite)

Montréal est-il le centre de création de la richesse du Québec ?

La réponse est oui, absolument. Et c'est facile à démontrer.

Un mot tout d'abord au sujet de mes sources. Ce sont Développement économique Canada et le gouvernement du Québec. Elles sont publiques mais difficiles à trouver. Personnellement, je suis entré par la porte arrière dans un dossier non protégé du gouvernement du Québec. Rien d'illégal en principe, mais le dossier aurait dû être protégé. Pas ma faute...

Deuxio, le gouvernement du Québec a découpé les régions de façon imbécile. Le Québec métropolitain correspond à la zone 03. L'île de Montréal correspond à la zone 06 (deux millions de personnes), mais le Montréal métropolitain, qui comprend près de quatre millions de personnes, n'est pas défini… c'est un mix des zones 06, 13, 14, 15 et 16, rien que ça ! Je dois donc me rabattre sur l'île de Montréal, qui tout de même forme le coeur de la métropole.

Critère utilisé (c'est de loin le plus important) : le produit intérieur brut (PIB) par habitant.

PIB par habitant (Montréal) : 53 000 $

PIB par habitant (Québec) : 40 000 $

PIB par emploi (Montréal) : 82 000 $

PIB par emploi (Québec) : 73 000 $

Je vous demande maintenant : Qui fait vivre qui ? En gros, l'île de Montréal contient 25 % de toute la population du Québec, mais produit 35 % du PIB total ! Rien que ça. Le Montréal métropolitain, quant à lui, produit entre 50 et 55 % du PIB du Québec selon les estimations.

Non, Montréal ne doit rien à personne. Non, Montréal ne vit pas aux crochets du reste de la province, c'est plutôt l'inverse.

Dans un prochain message, je montrerai comment le gouvernement du Québec sous-finance de façon éhontée le réseau routier de Montréal comparativement au reste de la province. Il n'y a pas matière à rire : plusieurs ponts majeurs, d'une longueur variant de 2 à 3,5 km, menacent de s'écrouler. Des échangeurs de 5 milliards de dollars tombent en ruines. Et sous différents prétextes, le gouvernement du Québec investit n'importe où sauf à Montréal, ou encore, comme pour les ponts, défend Montréal du bout des lèvres.

Une véritable honte. Montréal doit maintenant recevoir sa juste part.

Roger Gauthier, Le photographe venu du froid

••••••••••••••••••••••••••••

Montréal, Myths And Facts (continued)

Is Montréal Really The Main Centre Of Wealth Creation For The Québec Province?

The answer is "Yes, absolutely". And it's easy to prove.

But first, a word about my sources. I used statistics coming from Canada Economic Development and from the Québec government. Those stats are public but hard to find. For my part, I found them through a backdoor in the Québec government website, within an unprotected folder. Nothing illegal in theory, but this folder should have been protected. Not my fault…

Secundo, the Québec government has divided the province into zones that are somewhat arbitrary, and that in some cases do not make any sense. For example, greater Québec forms zone 03. But there is no such zone for greater Montréal. The Montréal island (two million people) is designated at zone 06. Greater Montréal, which contains four million people, is a mix of zones 06, 13, 14, 15 and 16. It's very hard to find what's what. Because of this, I will analyse the Montréal Island with its two million people. It's the very heart of the city after all.

I will make all comparisons using the Gross Domestic Product (GDP). This will allow a serious analysis, starting from reasonably reliable data.

GDP per capita (Montréal): 53 000 $

GDP per capita (Québec): 40 000 $

GDP per job (Montréal): 82 000 $

GDP per job (Québec): 73 000 $

The difference is more important when compared to the rest of the province. From those numbers, it is obvious that Montréal is doing more than its fair share. Consider this: 25 % of all Québécois live on the Montréal Island, but the Island generates 35% of the province total GDP, nothing less. The greater Montréal generates 50 to 55% of the total GDP depending on sources.

No, Montréal does not live off the rest of the province. In fact, it's rather the contrary.

In a future post, I will prove that the provincial government blatantly underfunds Montréal roads, bridges and infrastructures compared to the rest of the province. This is not funny anymore: major bridges, under federal control it's true, are near collapsing, and the Québec government does nothing to defend its metropolis. The five-billion-dollar Turcot interchange is in ruins, yet the government procrastinates! And this appalling government invest everywhere except Montréal.

A real shame. It's time at last for Montréal to receive its fair share.

Roger Gauthier, The Photographer Who Came From The Cold

Ruisseau de la banlieue de Montréal / Creek In Montréal Suburbs

10 commentaires:

  1. on dirait le petit ruisseau derrière chez toi !

    RépondreEffacer
  2. "petit ruisseau, grande ville"

    RépondreEffacer
  3. Grande ville avec un réseau routier tombant en ruines. On a longtemps agi comme l'autruche enfouissant sa tête dans le sable au Québec en matière de voies de communications terrestres. L'étalement urbain, nos hivers si ruineux en terme d'entretien des routes, ponts, tunnels, échangeurs, la quasi absence de transports en commun nous font anticiper la catastrophe.
    Quel gouvernement osera mettre les yeux des Québécois en face des trous et leur fera prendre conscience qu'ils doivent y aller de leurs deniers s'ils veulent continuer de vivre décemment dans notre pays au climat de fou???
    Vivement que des philosophes et communicateurs se joignent à l'équipe d'ingénieurs et des décideurs qui dévoileront le plan de match... celui de la survie des régions autant que celle de la métropole! Ce plan de match nous demandera beaucoup de dollars et de sacrifices, mais c'est essentiel. Sans routes "en grande forme" et sans Montréal, nous sommes foutus. Nous n'existerons plus... nous crèverons.

    RépondreEffacer
  4. @Suzanne : Mais oui, tiens ! Ce n'est pas ce ruisseau-là, mais il faut reconnaître que l'environnement ressemble drôlement… en hiver je veux dire.

    RépondreEffacer
  5. @@Frankie : Tant va la cruche (moi) au ruisseau qu'à la fin elle se casse.

    Mmm...

    RépondreEffacer
  6. @Esther : Hello Esther, et bonjour aux gens de Saint-Félicien ! :-)

    Tu soulèves un point très important à propos de régions éloignées comme le Saguenay, la Gaspésie, l'Abitibi : bâtir et maintenir des routes raisonnables coûte très cher à cause des distances.

    Combien aura-t-il fallu d'années avant que les routes 175 et 169 soient élargies et corrigées pour les rendre efficaces et sécuritaires ? Plus de 20 ans, n'est-ce pas ?

    Un plan d'action cohérent où l'argent ne va pas toujours à la même place, voilà bien ce qu'il nous faut. Et il faudra bien envisager le péage automatique sur toutes les grandes artères et tous les ponts, POURVU QUE L'ARGENT NE SOIT PAS DÉTOURNÉ ET AILLE DANS UN FOND SPÉCIAL POUR LES ROUTES ET INFRASTRUCTURES.

    Mais dans ce cas-là, pas de favoritisme : tout le monde doit payer, absolument tout le monde.

    Il me semble, nom d'une pipe, que nous avons un gouvernement pour veiller à ça, non ?

    Merci d'avoir pris le temps d'exposer une réflexion aussi poussée.

    RépondreEffacer
  7. Pour éliminer le déficit, et plus tard pour réduire la dette, le gouvernement de la province a réduit comme peau de chagrin ses budgets d'entretien routier. Le résultat, nous le vivons aujourd'hui : la dette va exploser ou bien les échangeurs et les ponts vont s'écrouler. Le résultat passe par la création de richesse au Québec, peut-être au moyen d'une exploitation raisonnée et durable des ressources naturelles, car il est bien évident qu'il faut faire entrer chez nous de l'argent de sources externes.

    Une petite photo avec ça ?

    RépondreEffacer
  8. @José María : Es cierto. Este es el tipo de paisaje que inspira el blues. Gracias por tu comentario, amigo.

    RépondreEffacer
  9. @Hélène : Je suis d'accord. Mais d'abord et avant tout cela passe par une distribution équitable de nos taxes, ce qui n'est pas du tout le cas. La situation est c'est toujours la métropole qui est à la fois méprisée et désavantagée financièrement ne peut plus durer.

    RépondreEffacer

Peu importe que vous soyez photographe ou non, expert ou non, je serai toujours heureux de lire vos commentaires ! :-)
•••••••••••••••••
I'm always happy to read your comments,whether you are a photographer or not, an expert or not! :-)