Pages

jeudi 24 novembre 2011

Histoire d'un plâtre coûteux / The Tale Of A Costly Cast

Histoire d'un plâtre coûteux

Cette histoire est véridique. Les événements se sont passés cet été à Big Tancook Island en Nouvelle Écosse (Canada). Nous étions en vacances avec deux amis américains, James et Rebecca. Or Rebecca avait à l'avant-bras un plâtre qui devait être enlevé.

Vous savez probablement qu'au Canada les frais médicaux sont couverts par l'État. Nous ne savions toutefois pas quelle était la situation pour un visiteur américain. Nous avons donc téléphoné à l'hôpital, où on nous a dit qu'il n'y avait aucun problème mais que « de légers frais » pourraient être imposés parce que la patiente n'était pas canadienne.

James et Rebecca se sont donc présentés à l'hôpital le lendemain matin, et là on leur a appris que les « légers frais » pour enlever ce petit plâtre de rien du tout s'élevaient à... 700 dollars ! 700 dollars pour cinq minutes de travail ! Ils ont poliment décliné et sont revenus à Big Tancook.

Mais... anticipant la possibilité d'un vol de cet ordre, j'avais apporté dans mes bagages mes cisailles Stanley, et vous pouvez voir ci-dessous comment nous avons épargné 700 dollars : Le Dr Longster enlève gratuitement le plâtre en dix minutes, à l'aide d'un tout nouvel instrument médical appelé « cisailles Stanley » ! :-)))

Roger Gauthier, Le photographe venu du froid

••••••••••••••••••••••••••••

The Tale Of A Costly Cast

This is a true story. Those events took place last summer at Big Tancook Island, Nova Scotia (Canada). We were on a holiday with two american friends, James and Rebecca. But Rebecca had a small cast covering part of the forearm and this cast was due to be removed.

You probably know that in Canada all medical costs are paid by the State. We did not know however if American tourists were also covered, at least in part, so we called to the hospital. We were told on the phone that there was no problem, but that a "small fee" would probably be charged.

So James and Rebecca went to the hospital the next morning, where they were told that the "small fee" was in fact 700 dollars! 700 dollars for five minutes of work in order to get rid of a small cast! James and Rebecca very politely declined and came back to Big Tancook Island.

But... I had already smelled a rat before hitting the road towards Big Tancook and I had brought with me my Very Expensive Stanley Tinsnips (15 $) in order to get rid of this cast. You can see below how we prevented Nova Scotia from stealing 700 dollars from us: Dr. Longster removes the cast for free in dix minutes, using a new medical instrument called "Stanley tinsnips"! :-)

Life is fun.

Roger Gauthier, The Photographer Who Came From The Cold

9 commentaires:

  1. J'haïs pas la face de James, tout est dans l'expression, mais il me semble qu'à la place de Rébecca j'aurais eu peur :)))

    RépondreEffacer
  2. I have done the same thing myself a few times for the same reason.

    Sometimes I think doctors, and some other medical people, should be ashamed of themselves!

    RépondreEffacer
  3. La photo semble être le tournage d’un film d’horreur
    Mais les faciès des deux personnages animant la photo semblent fort joviaux et sympathique
    Les murs couvert de tableaux

    RépondreEffacer
  4. à fort bientôt cher Roger
    tendrement votre le froid est arrivé à paris

    RépondreEffacer
  5. @Suzanne : Ha ha ha ha... Au centre James et Rebecca, d'un côté moi avec mon Canon 5D Mk II, et de ;l'autre Hélène qui filmait le tout en vidéo avec son iPad monstrueusement magique...

    Ce n'était pas dangereux, mais avec James on ne sait jamais !

    Roger :-)))_

    RépondreEffacer
  6. @Alexandre : Absolument ! Et 700 dollars de plus dans nos poches... :-)

    Roger

    RépondreEffacer
  7. @Lanthus: You are absolutely right. Physicians, with millions in their pockets, could show some decency from time to time IMHO. But then this is why they have so much money... they take it in our own pockets! :-(

    Roger

    RépondreEffacer
  8. @Frankie : N'est-ce pas ! :-) Vous savez, James est le sujet parfait pour un photographe. Avec un visage si expressif, on peut en faire strictement ce qu'on veut. Il n'est pas non plus "camera shy"...

    Comme ça le froid s'installe à Paris ? Il ne gèle tout de même pas... c'est donc pratiquement chaud! Hi hi hi...

    Roger

    RépondreEffacer

Peu importe que vous soyez photographe ou non, expert ou non, je serai toujours heureux de lire vos commentaires ! :-)
•••••••••••••••••
I'm always happy to read your comments,whether you are a photographer or not, an expert or not! :-)